Depuis plusieurs mois, Olivier BECHT et Bernadette GROFF ont lancé une démarche d’écoute des habitants qui leur permet de poser un premier diagnostic nécessaire pour élaborer ensemble un nouveau projet de société et les propositions concrètes qui l’accompagneront.

Ce premier diagnostic est plutôt alarmant : notre pays, la France, est au bord de l’implosion. Les Français en ont « ras-le-bol » !

  • Chômage record, notamment chez les jeunes
  • Menace terroriste et de l’islamisme radical contre nos valeurs,
  • Explosion des inégalités de revenus et de l’injustice fiscale,
  • Montagne de dettes,
  • Humiliation de l’Alsace par Paris (grande Région, droit local…)
  • Incapacité de l’Europe à défendre ses citoyens, ses frontières, son économie,
  • Dérèglement du climat et pollutions de notre environnement…

Jamais la situation n’aura été aussi grave en France depuis la dernière guerre mondiale.

Jamais les tensions au sein même de la société, comme le risque de désintégration de l’Europe, n’auront fait peser autant de risque sur la Paix.

L’écoute de nos concitoyens fait aussi ressortir le constat suivant :

Les principales questions que les gens se posent :

  • aurais-je assez d’argent demain pour continuer à vivre décemment ?
  • mes enfants auront-ils encore du travail en France demain ou devront-ils partir à l’étranger ?
  • serais-je en sécurité et à l’aise dans la société de demain, celle-ci correspondra-t-elle encore à ma culture, mon identité, mes valeurs ?
  • qui s’occupera de moi et de ma famille demain ? Y aura-t-il encore des services publics d’éducation, de loisirs, de santé, de prise en charge de la dépendance accessibles compte tenu de mes revenus ?
  • l’effort est-il vraiment récompensé alors que les revenus d’assistance permettent souvent de vivre correctement ?
  • dans quel état allons-nous léguer la planète à nos enfants (environnement, dettes, sécurité…) ?

Ce que les Français ne supportent plus :

  • les revendications communautaristes ou religieuses qui modifient l’identité de la France
  • la faible équité du système fiscal et le sentiment que ce sont toujours les mêmes qui supportent l’essentiel de l’effort
  • les injustices créées par l’absence de volonté ou de moyens à faire appliquer la règle pour tous et le sentiment que ce sont parfois les plus « honnêtes » qui sont sanctionnés alors que certains délinquants échappent à la prison
  • le manque de reconnaissance de l’effort dans le système économique (faible valorisation des métiers les plus difficiles, poids du diplôme initial, écart croissant entre les salaires les plus bas et les plus élevés)
  • les absurdités administratives dues à la complexité des normes et des formalités

Ce à quoi les Français aspirent :

  • retrouver la confiance : un discours politique « honnête » et des engagements qui soient respectés
  • retrouver foi en l’avenir : l’assurance qu’avec des efforts surmontables, l’avenir de leurs enfants soit meilleur ou au moins aussi bon que ne fut leur vie
  • retrouver un Etat juste qui fasse les réformes nécessaires en s’assurant que l’effort sera supporté par tous, que le travail de chacun sera équitablement reconnu, que les règles seront les mêmes pour tous
  • retrouver des collectivités publiques efficaces qui les protègent face aux périls du monde
  • pouvoir vivre leur individualité avec le maximum de liberté tout en se sentant appartenir à un collectif qui les transcende (identité, valeurs, rêves)

Mais au lieu d’écouter les Français et de travailler à résoudre leurs problèmes avec une vraie vision de l’avenir, les derniers gouvernements se sont bornés à réagir aux événements, généralement dans l’improvisation la plus totale, donnant l’impression que plus personne n’est vraiment aux commandes, que l’on subit plutôt que d’agir.

Dans ce contexte, il en résulte une perte de confiance non seulement envers le système politique mais aussi parfois envers l’avenir.

Nombre de nos concitoyens, notamment les jeunes, doutent que demain sera meilleur qu’aujourd’hui. Beaucoup se battent pour conserver leurs acquis plus que pour acquérir une situation meilleure.

L’architecture de notre projet de société :

Nous voulons une société qui ne baisse plus les bras face aux problèmes et qui restaure l’autorité de l’Etat, le respect des valeurs de la République et notre qualité de vie.

Nous voulons une société ouverte sur les autres et sur le monde mais qui nous protège contre les dangers du monde.

Nous voulons une société solidaire, juste et responsable où chaque individu trouve sa place et agisse pour que demain soit meilleur qu’aujourd’hui.

Nous voulons une société d’efficacité et d’honnêteté qui fasse d’abord confiance à la proximité.