Référendum d’initiative citoyenne

07.10.2016 / Patrice Weigel

Pourquoi ?

Parce-que les gens en ont assez de voter pour des gens qui ne tiennent pas leurs engagements ! La confiance entre élus et citoyens est proche de zéro (voir les enquêtes du CEVIPOF)
Le référendum d’initiative citoyenne est la seule garantie pour que les promesses électorales soient tenues, car si elles ne le sont pas, elles peuvent être soumises à référendum par les citoyens eux-mêmes et donc mises en œuvre s’il se trouve une majorité pour les approuver.

Comment ?

Réécrire l’article 3 de la Constitution en ces termes (modifications entre crochets) : La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum [d’initiative citoyenne, en toutes matières y compris constitutionnelle et de ratification des traités ; cet article ne peut être modifié que par voie référendaire.] puis faire voter une loi organique pour en fixer les modalités.

Comment financer ?

La démocratie n’a pas de prix.
Quant à son coût, il peut être réduit en regroupant plusieurs référendums sur une même journée (les Suisses ont un dimanche de votation tous les trimestres et ils se prononcent à chaque fois sur plusieurs initiatives et référendums, de niveau fédéral, cantonal ou communal) ou organiser des référendums d’initiative citoyenne le même jour que les élections (présidentielles, législatives, régionales, cantonales, municipales).
Si ça ne suffit pas, les Français trouveront d’autres sources d’économies (par exemple en réduisant le nombre d’élus, le montant de leurs indemnités ou en supprimant le Sénat, les solutions ne manquent pas.

Parce-que les gens en ont assez de voter pour des gens qui ne tiennent pas leurs engagements ! La confiance entre élus et citoyens est proche de zéro (voir les enquêtes du CEVIPOF)
Le référendum d’initiative citoyenne est la seule garantie pour que les promesses électorales soient tenues, car si elles ne le sont pas, elles peuvent être soumises à référendum par les citoyens eux-mêmes et donc mises en œuvre s’il se trouve une majorité pour les approuver.